On demande un mécano

Ha! L’équitation!

Une passion dévorante qui ne nous quitte jamais vraiment. Après plus d’un an et demi d’arrêt pour cause de maladie et de budget minimal, me revoici sur les sentiers de la guerre le chemin du centre équestre.

OUI MAIS voilà, je ne vous ai pas tout dit. J’ai beau être adulte et mère de famille, je suis totalement dépendante de ma propre monture pour me rendre dans cet hypothétique centre équestre-manège-ferme-écurie… biffez la mention inutile.

Mais de quoi tu parles, là?

Je vous explique: voilà un quart de siècle, je suis venue au monde avec, grand merci, tout ce qu’il faut où il faut et j’ai grandi avec de longues gambettes, très pratiques pour le dressage Clin d'oil , sauf que la génétique m’a joué un petit tour. Ho, pas bien méchant, rassurez-vous: mon acuité visuelle est badasse très basse. Ce qui signifie qu’à l’heure d’aujourd’hui, conduire une voiture m’est tout à fait interdit. Pas très cool pour pratiquer un sport qui demande de se rendre à la campagne très régulièrement voire tous les jours si l’on possède son propre dadou.

Pour contourner ce petit souci, j’ai trouvé une super parade; avec le GROS coup de pouce d’une copine à l’époque: un petit scooter. Vous savez? Ce petit deux roues qui ne dépasse pas 25 km/h sur du plat, avec une petite plaque carrée jaune à l’arrière et que les ados rêvent tous de posséder à leurs 16 ans?

 motorcycle-305130_1280

Après un petit apprentissage, j’ai rapidement pu vivre ma vie cavalière comme je l’entendais, à condition d’adopter une conduite ultra défensive et d’évoluer dans un rayon raisonnable autour du nid familial. J’ai donc vécu des mois très heureux avec mon premier puis mon second et actuel engin. Celui-ci, je l’adore. Il est un peu plus puissant, il est noir, économe, et un peu lourd mais je le lui pardonne.

Hé bien alors? Plus de problème!

C’est sans compter une erreur de manipulation avant l’hiver et un an au garage. Mon petit pote à deux roues démarre mais tousse et s’éteint rapidement. Oui, il a la grippe on dirait. Qu’à cela ne tienne, forte de ma motivation pour remonter à cheval, je contacte un garagiste tout proche qui me dit « Ok, je viendrai voir lundi ou mardi. » Bon, grand sourire, retour au bercail. Lundi passe, mardi passe… personne. Me voilà à chercher tous azimuts de l’aide pour remettre en fonction mon malade préféré. Cependant, les quelques réponses que j’obtiens sont : « Non », « Oui » et puis c’est non, et « Bah, j’en vends un d’occase, pas cher, ça vous intéresse pas? »… Heu, non merci, j’aime le mien, c’est gentil!

Conclusion: Zhom et moi apprenons la mécanique. Une activité sympa pour deux nuls en bricolage avec zéro vocabulaire technique {#smileys123.tonqueout} au moins, cette activité est parfaitement équitable et équilibrée!

Merci de m’avoir lue!

 

La suite au prochain article…

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s