La base, c’est la base!

Amis Lecteurs,

Ce matin, il me prend l’envie d’envoyer un petit message à tous les cavaliers du dimanche, dont je fais partie. Oui, M’sieurs, Dames, il arrive que le cavalier en face de vous puisse vous apprendre certaines choses sur certaines disciplines ou pratiques ou théories. Oui, il arrive que le cavalier non propriétaire qui loue votre cheval ait reçu une solide formation même si vous n’êtes pas en mesure d’en apprécier pleinement les bienfaits parce que « c’est pas ce qu’on apprend à la ligue ». Oui, il arrive qu’un cavalier lambda ait de bonnes idées pour affiner votre travail. Oui, il arrive qu’un gamin puisse vous en remontrer quant à votre technique à l’obstacle et qu’un inconnu vous prouve par A + B que vous n’avez aucune connexion avec votre Chérichérisaboté…

Bref, vous l’aurez compris, ce message s’adresse à notre part d’orgueil à tous. Cette part de nous qui croit avoir tout vu, tout vécu et qui pense qu’un brevet prouve un niveau équestre ou que posséder un cheval fait de nous un homme (ou une femme) de cheval et autres convictions plus ou moins inconscientes mais néanmoins débiles.

Donc, pour établir un lien avec le titre de mon article (parce que oui, c’est ce que j’écris en premier contrairement à ce qu’on nous apprend à l’école, NA!) j’aimerais nous rappeler une chose: la base de l’équitation c’est l’OUVERTURE. Un cavalier vivra en apprentissage toute sa vie. Bien sûr, monsieur Philippe Karl, monsieur Roger-Yves Bost ou madame Catherine Henriquet ont atteint un niveau d’apprentissage nettement supérieur à celui des équitants à la petite semaine mais ce seront les premiers à vous dire qu’au fond, ils apprennent tous les jours et autant en travaillant leurs chevaux de Grand Prix qu’en enseignant à de vrais débutants. Oui! Nous avons TOUS quelque chose à apprendre de CHAQUE cavalier et de CHAQUE cheval qui croise notre route.

En effet, la magie de l’équitation réside dans la COMPLEMENTARITE! Un stage d’équitation western alors que vous êtes « dressage dit classique », un stage de travail aux longues rênes alors que vous ne savez pas quoi faire de vos pieds quand vous marchez avec votre cheval, un stage d’équitation comportementale alors que vous ne cotoyez votre cheval que deux heures par jour, un stage d’équitation en amazone alors que vous êtes « obstacle »…. et j’en oublie… Tout cela tendra à faire de vous, de nous, des cavaliers, propriétaires, gestionnaires d’écurie, plus avertis, plus conscients des possibles et finalement, plus heureux à cheval.

Et que dire de nos montures!? Tourner en rond une heure par jour, 350 jours par an, en supportant les mêmes défauts et les mêmes exigences du même cavalier n’est pas fait pour les mettre bien dans leurs sabots. Alors, ouvrons nous! Osons tenter des disciplines inconnues. Osons demander conseil au voisin de box, cavalier de complet émérite (mais ça, on ne le sait pas encore :p ). Osons prendre des cours avec des professeurs renommés. Un vrai petit niveau les ennuie bien moins qu’un faux gros niveau. Et surtout, lacune constatée chez 95 % des cavaliers: OUVRONS DES LIVRES! Mais ce sera le sujet d’un autre article!

A bientôt les Amis!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s