Petit Manifeste pour une Equirelation Raisonnée

Chers Lecteurs,

Que vous soyez de mes fidèles ou juste de passage, je voudrais attirer votre attention sur une réalité que les écuyers de tous bords ne cessent de répéter mais que les équitants comme moi ont tendance à oublier, voire à occulter, par « facilité »: sans relation, pas d’équitation! Je dirais même plus: l’équitation est avant tout une relation entre un cheval et un humain et pour moi il faudrait donc, avant tout, parler d’ équi-relation.

En effet, que font un être humain et un cheval lorsqu’ils se trouvent en présence l’un de l’autre ? Ils s’influencent réciproquement; que ce soit consciemment ou inconsciemment, par les sons, l’attitude corporelle et mentale, le niveau d’énergie, les gestes, … à chaque seconde, les  deux êtres en présence envoient et reçoivent des signaux et y répondent… ou pas! Il y a donc communication et construction ou développement de relation.

C’est par le biais de la communication que la relation se construit et évolue dans un sens ou dans l’autre. Il est bien sûr dans l’intérêt du cavalier que cette relation se développe sur des bases solides de respect et de confiance de la part du cheval. Seulement voilà: le cheval ne nous doit rien. S’il nous prête sa force et sa vitesse, s’il nous offre sa grâce et met sa volonté entre parenthèses quand nous le lui demandons, et s’il passe des obstacles que rien ne le prédisposait à franchir, ce devrait être avant tout parce que nous avons su nouer avec lui une relation respectueuse et confiante c’est-à-dire que nous avons su nous-mêmes, et avant toute chose, le respecter et lui accorder notre confiance et qu’à partir de là, nous avons su devenir son référent.

Je n’oserais pas parler ici d’amitié puisqu’il s’agit d’un sentiment très humain et qu’une amitié n’inclut pas la notion d’obéissance mais plutôt celle de libre choix et, soyons honnêtes, nous demandons très rarement l’avis de notre cheval quant à l’heure de nos visites et au type de travail à effectuer et, si nous le lui demandions, les chances sont minces qui’il nous réponde  » Youpeeeee! Une séance de dressaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaache!  » Quoi que.…? 🙂

10517622_10205154747739266_2632568246686137963_o

Premières longues-rênes pour Hidalgo, en mode « Flower Power », Printemps 2014

Respect, confiance, référence

De bien beaux mots mais en pratique, qu’est-ce que ça donne? Hé bien, la toute première chose c’est la politesse. La politesse est un concept humain qui permet de marquer une forme de respect. Quand je rends visite à un cheval, je commence par le saluer. Si je souhaite le caresser, je respecte ses portes et ses fenêtres soit: je m’avance vers son épaule et non sa tête ou une autre partie du corps. Vos visiteurs entrent-ils chez vous par la cheminée?

La deuxième chose, c’est que je travaille AVEC le cheval, je ne travaille pas LE cheval. C’est d’autant plus vrai que je ne suis pas professionnelle et que 95 % des erreurs et des incompréhensions des chevaux que je fréquente sont dûes à mes propres manquements, imprécisions, maladresses, manque de rigueur, débordements émotionnels, etc… Je travaille donc effectivement autant que les chevaux. Pour moi, il s’agit d‘un positionnement mental qui conditionne toutes mes actions: de ma voix à ma gestuelle en passant par l’ambiance des séances. Cela inclut également la gratitude et le sourire dans la voix. J’encourage toute réponse correcte et je remercie mon partenaire pour le travail effectué, pour le moment passé ensemble, …même s’il s’agit d’un cheval de club que je ne monterai peut-être plus jamais! Je doute que les chevaux parlent français/anglais/chinois mais je suis convaincue qu’ils sont champions de lecture des intentions et des intonations. De plus, cette gratitude permet de conserver un bel enthousiasme même quand on a toujours eu des chevaux, même quand on monte 6 chevaux par jour ou quand on tente de construire quelque chose avec un cheval plus « délicat » et qu’on avance pas depuis 6 mois.

La troisième chose c’est installer un climat de confiance: accorder directement sa confiance à tout cheval que l’on rencontre quelle que soit sa réputation en gardant bien sûr en tête que si un cheval est dit rétif il y a très certainement une bonne raison pour qu’il le soit et qu’il vous montrera sûrement bientôt sa défense préférée, histoire d’être prêt à réagir ou non. Quand je me pose sur le dos d’un nouveau saboté, j’adopte la technique de l’oeuf dégoulinant. Je me maintiens au plus près de lui, comme si je « rentrais » en lui. Je respire avec le ventre. Bref, je m’accorde à lui autant que possible et j’essaie de lui transmettre un état d’esprit serein. Ce qui suppose que si je suis dans un mauvais jour j’annule le travail!

S’il suffisait de respirer pour que la confiance s’installe…. mais non. Un des piliers de la confiance est la justice avec son corollaire, la justesse. C’est ici que se trouvent les plus gros problèmes pour nous humains et donc, inévitablement, pour nos chevaux. En effet, quel cavalier peut se targuer d’évoluer toujours dans la finesse, l’action et la cession juste, et de ne jamais reporter ses frustrations sur son cheval? Je n’en connais pas et j’avoue avoir souvent laissé mes émotions déborder sur mon cheval: une engu »’de imméritée, une demande trop vive par rapport à la sensibilité de ma monture, le choix d’une solution de « facilité » quelconque…et toujours mauvaise pour le saboté,… et j’en passe. Et bien que je prête maintenant une grande attention à tout cela, il m’arrive encore de porter des jugements hâtifs et de prendre de mauvaises décisions. Equitation = Education permanente.

Enfin, la référence ou leadership. Pour moi, si la confiance est réciproque, si l’homme se montre le plus juste possible, et s’il connaît assez bien les chevaux pour s’en faire respecter et « obéir » dans le calme et la décontraction, il ne peut que devenir le leader du cheval, petit-à-petit, au fil du temps et des expériences accumulées. Inutile sans doute de préciser qu’un homme (ou une femme) ignorant, instable, injuste, violent ou au contraire peu sûr de lui, absent.. ne deviendra le leader de personne ni d’aucun animal.


P.-S: il arrive parfois que malgré tout et malgré tout l' »amour » qu’on lui donne, on reste un étranger pour le cheval. Entreprendre une relation avec un saboté c’est s’exposer à la réussite mais aussi à l’échec et, comme je l’ai dit plus haut, le cheval ne nous doit rien. A nous de le prendre tel qu’il est et de respecter ses limites autant que les nôtres.

976827_10201334653079287_557948230_o

Lily, été 2013, – Mon « échec » personnel qui m’a finalement (et douloureusement) amenée à vivre le cheval autrement – Merci ma belle! 

3 réflexions sur “Petit Manifeste pour une Equirelation Raisonnée

  1. Pingback: Petit Manifeste pour une Equirelation Raisonnée – horseshintsdotcom

  2. Pingback: « A la recherche de l’équilibre  – Dr. Gerd Heuschmann – 2016 – Partie I | «Horses Hints

  3. Pingback: « Equilibre et rectitude  – Pierre Beaupère -2012 | «Horses Hints

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s