Cheval cherche pâture …

Au fond de ma Belgique natale, j’ai rapidement fait face à un énorme problème: l’apparente absence de prairie pour chevaux. Je ne parle même pas d’une prairie composée soigneusement et entretenue avec amour et sagesse. Non, je parle simplement d’un espace plus ou moins vert, clôturé de fils blancs, garni d’un abri ou d’arbres, d’un accès à l’eau, de points de ravitaillement au foin quand le contexte le demande, et surtout, accessible 24/24H en groupe!

Lorsque j’ai accueilli ma regrettée Lily, déjà convaincue du besoin d’espace et de vie sociale de nos amis sabotés, je me suis mise en quête d’une écurie qui lui offrirait des conditions de vie décentes. Hé bien, mes amis, ce fût laborieux! Evidemment, mon choix était limité géographiquement mais ceci n’explique pas tout. Mon cher et tendre ne cesse de s’étonner du nombre de chevaux au mètre carré dans notre pays. Je ne cesse d’enrager contre le nombre apparement décroissant d’hectares qui leurs sont dédiés.

Je vois fleurir de nouvelles structures de- ci, de- là, à me demander si je n’ai pas loupé une notion importante dans mes cours d’étude du milieu: « Les enfants, nous allons maintenant apprendre à étendre notre surface de vie, juste par la volonté ». Hum! Par contre, j’entends, en même temps, mes amis et connaissances littéralement galérer pour offrir à leur meilleur ami une vie digne de lui. Le plus souvent, ils doivent accepter des compromis ridicules sous peine de devenir l’heureux propriétaire d’un C. S. M.. – Cheval Sans Maison. Alors, bien sûr, ils optent pour « le moins pire » la mort dans l’âme, en rêvant qu’un jour, leur cheval vivra chez eux.


Petit florilège

  • Ha bah vous savez, n’a pas trop de pâture par ici, hé! Pi vot’ ch’fal z’y va travailler, fô le met’ en box!
  • Oui oui, votre jument pourra sortir, évidemment! Deux heures par jour en paddock individuel.
  • Prairie toute l’année? Elle est malade votre jument? – S’il faut qu’elle le soit pour sortir, je lui trouverai bien un petit trouble du comportement ou un emphysème naissant… Grrrrr!
  • Savez, les chevaux abîment les prés en hiver.. donc, d’octobre à avril ils restent en box.
  • Ha, vous voulez qu’il vive avec d’autres chevaux vot’ jeûne? Ben, je vous propose une stabul’ intérieûre  (9 m²) foin à volonté … mais alors il doit y rester toute l’année, hé?
  • L’année dehors? Faudrait p’têt demander à un particulier. C’est une écurie de standing ici, on fait de la compétition madame!
  • Oui, oui, nos chevaux vivent dehors même l’hiver. Ho, parfois, il faut des cuissardes pour aller les chercher …
  • Je vois que vous avez beaucoup de prés. C’est chouette! – Ha, oui. 25 hectares mais les chevaux ne sortent que quand il fait beau.

 

Toutes ces répliques sont véridiques, tirées de mes aventures et de celles de mes proches. D’écurie en écurie, de bêtise en bêtise, la colère monte et le C. S. M. se fait une place au creux de nos nuits. Et puis, soit vous trouvez THE écurie de votre région soit vous vous résolvez au « plus moins c*** » c’est-à-dire, le box au minimum: la nuit. Enfin, 12 heures par jour… mais au moins, il y aura 12 heures dehors. Quoi que, en fait, le nombre de chevaux augmente et finalement, il faut partager le terrain donc, ce sera 8 heures. Ben oui, tous les chevaux doivent sortir! -> Non! Pas possiiiible! 

horse-60153_1280

Du côté des écuries, le manque d’herbage et simplement d’espace est flagrant. La vie des gérants n’est pas simple financièrement, il faut le garder à l’esprit mais cela ne devrait pas excuser la maltraitance car oui, laisser un cheval en box toute la journée, revient à l’empêcher d’assouvir ses besoins primaires: manger A VOLONTE, marcher, trotter, galoper, créer et entretenir des relations avec d’autres chevaux, dormir dans la position qui lui sied, se rouler, …  Et quand après 23 heures d’enfermement, le cavalier exige une concentration et une collaboration parfaite… là, on passe à la torture.

Petite question toutefois: qui fait vivre les écuries? Les clients! Bingo! Quel est le moteur du changement d’une entreprise? L’argent. Oui. (Ou bien la bonne conscience mais… soit…) L’entreprise pense en pertes et profits. Si vous donnez votre argent à une écurie qui entasse les chevaux comme des figurines sur une étagère, quelle que soit votre excuse, la faute vous revient. Si vous cautionnez, en le payant, un professeur dont les chevaux vivent enfermés, sous-nourris, marchant à la cravache,… la faute vous revient. Si vous exigez un travail de la part d’un cheval dont la plupart des besoins sont niés, la faute vous revient. Si, au contraire, vous refusez de payer pour « un bout de pâture et des bâtiments moyen-âgeux même qu’en plus il y a pas de piste couverte« , la faute vous revient. Rappelez-vous que le bonheur de votre cheval n’est pas calqué sur votre idée du confort!

Soyons réalistes. Si vous me lisez, vous ne vous reconnaissez sans doute pas dans le précédent paragraphe 🙂 Par contre, vous vous demandez peut-être comment réagir? S’il vous plaît, au maximum, récompensez les petites écuries respectueuses des sabotés. Pas de club-house? Et alors, un ballot de paille et un thermos de café peuvent faire merveille pour l’ambiance. Pas de piste couverte? Si la piste extérieure possède un bon système de drainage, pourquoi s’en faire? L’équitation est un sport d’extérieur, que diable! Pas plus de 15 chevaux? Super! On peut espérer que l’espace disponible sera suffisant… Vous voyez le principe?

Personnellement, je n’ai plus de « cheval rien qu’à moi » et j’ai décidé, malgré l’envie brûlante de renouveler l’aventure, de ne pas aller chercher un nouvel ami avant de pouvoir moi-même aménager son lieu de vie et je veille à travailler avec des chevaux dont la vie est acceptable. J’essaie aussi, malgré l’étonnante difficulté que cela représente, d’aider ceux qui me le demandent à choisir une maison correcte pour le dadou de leur coeur.

Ha oui, je prie aussi pour l’éveil des consciences…

A bientôt, Amis Lecteurs!

Horses Hints

 

6 réflexions sur “Cheval cherche pâture …

  1. Pingback: Cheval cherche pâture … – horseshintsdotcom

  2. Justement, j’ai écris un article à ce sujet 🙂 Condition de vie des chevaux tout ça…

    Je compati sur la recherche de prairie correcte! C’est un vrai casse tête! J’avoue qu’au départ, j’ai pris le problème « à l’envers » d’après les propriétaires de pension que j’ai croisé : j’ai d’abord cherché la pension avant d’acheter un cheval xD Mais bon, il me paraissais normal de trouver déjà l’endroit où il pouvait vivre avant de penser à un achat. Bon, vu l’étonnement des proprios de pension que j’ai croisé, j’ai l’impression que la plupart des gens font l’inverse puisque tout le monde était étonné de ma démarche.

    Après je n’ai pas à me plaindre : j’ai balader mon cheval dans 4 pensions en l’espace de 6 ans et à chaque fois il a eu la vie dehors H24, avec abris naturel ou construit, et avec des congénères. Mais bon… C’est dur à trouver et je m’en suis toujours tirer avec quelques mois de recherche et pas 3 jours…

    Je soutiens par contre ton idée de ne pas aller donner de l’argent à des gens qui préfère entasser les chevaux en box plutôt que de penser à leur bien être!

    Les remarques que tu as eu, malheureusement on les entends bien trop souvent encore 😦

    Aimé par 1 personne

  3. C’est tellement compliqué de trouver une pension qui correspond à nos attente. (Pour moi aussi la vie au pré h24 été comme hiver est indispensable). Mais j’en ai entendu des belles phrases aussi comme les tiennes :  » On ne met que les retraités au pré  »  » On les rentre le soir parce qu’ils aiment pas être dehors » .

    Au final j’ai trouvé une petite écurie, Sirène est au pré à l’année avec un copain. Ce sont pratiquement les seuls qui seront dehors h24 cet hiver… Avec les poneys :p

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ta lecture et ton commentaire 🙂
      Je vois que c’est un peu pareil partout de notre côté du monde. Je me dis qu’avec la montée de l' »éthologie », « comportementalisme », « éducation positive »… le client exigera de plus en plus la même chose que nous à savoir: le respect des besoins du cheval. Et comme toute industrie, le monde du cheval sera alors obligé de suivre le courant 🙂
      Longue vie à Sirène en sa chouette maison doncques!

      J'aime

  4. Rrrrhh, que je me retrouve là dedans… Et je suis parfois angoissée quand je vois toutes les constructions, nouvelles maisons, nouveaux centres commerciaux, nouveaux centre culturels, nouveaux immeubles… Certains des chemins de ballade que je parcourais à cheval il y a des années n’existent plus, ils sont couverts de béton et de construction…
    Pas étonnant que les espaces réservés aux chevaux disparaissent ainsi. Et pas étonnant qu’il y ait tant de chevaux en box! Quand on est proprio et qu’on doit composer avec l’aspect financier, les distances, qu’on souhaite une personne de confiance sur place, etc… Je suis vraiment curieuse de voir comment le mondé équestre va évoluer dans 15 ou 20 ans…

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Galopine,
      Merci pour ta lecture et ton commentaire!
      Horses Hints se pose la même question avec une note d’espoir… Avec la montée en puissance de la fameuse vague « étho » (même si nous la critiquons régulièrement), les cavaliers sont de plus en plus préoccupés par les conditions de vie de leurs chevaux. Il y a du boulot mais petit à petit des consciences s’éveillent. Effectivement, reste le problème de l’urbanisation qui découle lui-même, ce me semble, de la surpopulation humaine et/ou de la mauvaise répartition de cette population… mais là, on dépasse largement le monde du cheval 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s