« Mon cheval m’a dit » – Yves Katz -2016

Chers Lecteurs,

Avec la rentrée reviennent les saines lectures et pour ma part, je démarre avec le deuxième ouvrage d’Yves Katz, arrivé il y a peu dans ma boite aux lettres grâce aux bons soins de l’auteur lui-même car, oui, Messieurs Dames, ce livre est paru en auto-édition en 100 exemplaires.

mon cheval m a dit

Couverture: peinture de Laeticia Plinguet

Bon, avec une couverture pareille, impossible de passer à côté mais qu’en est-il de l’auteur et du contenu? Monsieur Katz, BEES 2ème degré et ancien responsable technique de structures équestres, outre son rôle d’enseignant d’équitation, offre régulièrement via sa page sur un réseau social très connu, diverses réflexions techniques côté dressage et politiques (autour du cheval bien sûr!) ainsi que des relectures pédagogiques et autres pensées qui obligent le passant à ouvrir quelque peu l’esprit et à s’interroger sur sa propre équitation.

La même volonté semble émaner de l’ouvrage « Mon cheval m’a dit ». De la plume même de l’auteur : « J’ai fait éditer à titre d’auteur quelques conseils équestres à l’attention des cavaliers , des chevaux, des enseignants, pour qu’ils aient ce que je pense comme bonnes bases pour faire leur équitation« . Rien n’est dit mais tout est dit. Dans le livre, une série de conseils sans dogmatisme que le lecteur pourra choisir de suivre ou non mais qui lui permettront sans aucun doute de considérer sa pratique sous certains angles neufs et de savoir pourquoi il demande tel ou tel exercice à son cheval ou bien pourquoi il agit de telle ou telle manière. A une série de questions, l’auteur répond avec ses convictions, son expérience et sa passion de l’enseignement. A chacun de puiser ce qui lui sera bénéfique pour construire et améliorer son équitation.


Préfacé par François Sourdeau de Beauregard, Ecuyer en Chef du Cadre Noir de Saumur de 1984 à 1991, et partagé en trois grands volets : le cavalier – l’éducation du cheval – l’enseignant, le livre met en avant une réalité: l’équitation est un « couple à  trois » dans lequel chacun est dépendant des deux autres mais dans lequel chacun évolue grâce aux deux autres. Du moins c’est la lecture que j’en ai faite 🙂 On peut penser qu’à partir d’un certain stade, le professeur doit se soustraire à l’équation mais qui peut prétendre maîtriser parfaitement l’éducation d’un cheval de la naissance à la Haute Ecole sans n’avoir plus aucun besoin de regard extérieur?

Oui, vous avez bien lu: l’éducation et non le dressage. Pour Y. Katz le mot dressage induit la soumission et il préfère apprendre aux chevaux à s’exprimer au-travers de ce qui leur est demandé, tout comme on le demande aux danseurs en somme. On retrouve ici une pensée chère à ce blog.

Cependant, avant d’en arriver là, le cheval doit apprendre à se mouvoir sous le poids du cavalier, le cavalier à ne pas gêner son cheval puis à lui donner les indications correctes et l’enseignant doit s’attacher à encadrer ce petit monde de manière individualisée dès que le cavalier possède un minimum de liant,  en EXPLIQUANT la progression choisie, le pourquoi et le comment de chaque exercice et les étapes à franchir. Il est en effet très différent d’exécuter des exercices chaque jour dans le même ordre par commodité et « parce que c’est comme cela qu’on fait » et de connaître la gamme des exercices et gymnastiques possibles ainsi que leurs effets et de savoir choisir lesquels mettre en oeuvre avec sa monture à un moment donné. Considérez aussi que « l‘on ne peut apprendre que ce que l’on peut comprendre« .

Le livre est assez court (une septantaine de pages), je ne le détaillerai donc pas ici. Notez simplement que l’influence de Nuno Oliveira, Michel Henriquet et Jean d’Orgeix y est bien présente. On retrouve quelques conseils qui pourraient en surprendre plus d’un (gymnastique au sol pour le cavalier par exemple et minimum d’un cheval dressé de bout en bout avant de pouvoir enseigner), …un grand attachement à l’Equitation de Tradition Française  – la vraie, pas celle de la FFE… qui se trouve ici critiquée une fois de plus par un homme de cheval reconnu… et, point importantissime pour moi: des réflexions avisées guidées par le souhait de voir des cavaliers adultes reprendre le chemin de l’école d’équitation. La pédagogie adulte a progressé en ce qui concerne l’université alors pourquoi pas pour l’équitation?

A bon entendeur…

Retour à la Bibliothèque

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s