A piece of … western riding

Chers Lecteurs,

Après mon invitation à sortir de votre zone de confort, je ne peux que vous montrer l’exemple car « la critique est facile, l’art de faire est difficile« . C’est pourquoi je vous présente aujourd’hui mes débuts dans un nouveau monde : celui de l’équitation américaine.

Forcément, quand on apprécie l’équitation de travail et de tradition (Espagne, Portugal, Australie, Argentine, Camargue, …) un petit tour chez nos amis d’outre Atlantique paraît une évidence… ou pas car l’équitation américaine souffre, tout comme le dressage olympique, de certaines mauvaises images véhiculées surtout par de prétendus horsemen, dresseurs, éleveurs  et des cavaliers ostensiblement violents en pleine compétition en mode « un jack et ça repart« . Bien sûr, comme toujours, quand l’argent entre en jeu certains hommes deviennent fous.

Cependant, j’ai décidé de passer outre cette image, qui n’est qu’un tableau parmi d’autres que l’on peut peindre de ce monde pas si étranger que ça et de m’intéresser plutôt à la réalité. Ou plutôt à UNE réalité : celle que pourra me laisser voir l’expérience.

C’est ainsi que j’ai repris contact avec une femme de cheval, croisée lors de mes premières pérégrinations de cavalière propriétaire, et qui, je l’espérais, pourrait m’apprendre un peu – beaucoup – passionnément – le « western riding » dans le respect des chevaux et la décontraction. Deux points non-négociables pour moi.

Evidemment, l’équitation américaine regroupe de nombreuses disciplines auxquelles je compte bien consacrer un peu de temps ne serait-ce que pour les découvrir mais ne nous emballons pas. Pour l’instant, j’apprends à nouer mes cravates (rapport à la sangle western), veiller à ne jamais « tenir » le cheval, agir principalement en rêne d’appui et rester assise « sur les fesses »; ce qui entre en léger conflit avec mes vingt dernières années de pratique 🙂 mais est finalement très agréable … si on décontracte bien hanches et bassin. Qui va refaire un tour chez l’ostéopathe ?


Place à l’expérience

Pour ma toute première leçon, Nath m’attribue Peps. Jument Quarter Horse (of course) d’âge moyen qui connaît son boulot mais conserve un caractère vif et une chouette énergie. Avantage ? Nath la connaît par coeur et moi je sens qu’on va bien s’entendre, vu ma nette tendance à aimer « ce qui bouge poliment » comprendre « près du sang, vif, énergique, avec de l’initiative ET bien élevé ». Comment ça, je vise la lune ? En tous cas, l’amie Peps entre parfaitement dans cette catégorie, moments de passage au calme obligatoires compris :p Je profite de ce paragraphe pour remercier son nouveau propriétaire qui me permet de continuer à la monter en leçon.

Pour cette première fois, me revoici débutante ou presque. S’asseoir sur les poches,  garder les mains écartées et pas trop basses, conserver un tout tout petit trot, demander le galop à la jambe et/ou au bisou, ne pas « pousser » avec le bassin, s’arrêter et reculer en mode western et surtout, usage prioritaire de la rêne d’appui ! Ho et puis… un principe qui m’est cher: laisser la bouche tranquille tant qu’on le peut! C’est-à-dire: la majeure partie du temps Et quand on dit tranquille c’est VRAIMENT tranquille. Avec un contact minimum (sans contact diraient certains mono/manège). En même temps, avec un mors à branches assez sévère c’est juste une obligation d’être léger, stable et juste. Vous me voyez en arracheuse de dents ? 🙂

Il s’agissait d’une leçon d’essai. Entre l’accueil souriant et paisible, le cadre boisé, le cheval juste génial… j’ai remis ça, bien sûr!

Deuxième leçon, on prend les mêmes et on recommence. Enfin, presque les mêmes. Petite blague du hasard, changement de bridon: un filet simple. J’avoue avoir senti le changement au niveau des réponses aux demandes de ralenti et d’arrêt… c’est qu’elle a du carafon miss Peps. Du coup, on a bossé là-dessus après avoir revu les bases. Ensuite, petit « parcours ».Slalom autour de cônes, barres au sol parallèles et en « mikado », huit autour des barrels (tonneaux ndlr)  au pas et au petit trot. Sorry, je ne maîtrise pas encore les termes techniques en version anglaise… ça viendra. Ensuite, travail du galop. C’est qu’elle en veut petite juju (et moi aussi donc je dois m’obliger à ralentir). Nous travaillons donc à nous tempérer et à nous arrêter illico presto au signal du chef de piste du jour. Autant vous le dire : on y est pas encore 🙂

14641942_10210437257118699_3678483663671788419_n

Leçaon 2 :un petit galop. Qui voit que je viens de passer plusieurs mois en manège ?  Vous ?  Gagné ! 

Troisième leçon, toujours avec Peps. On s’entend bien et on avance bien ensemble donc on continue. Toujours les mêmes exercices. Dans la recherche de la connection et de la concentration. Travail du galop plus exigeant. D’ailleurs….

14479513_1293346607384519_9004927836979237743_n

Ha! Un petit changement non ? 

Pour finir cette leçon, petit tour par le « parc ». Comprendre: espace muni de quelques ateliers que l’on rencontre en « Extreme Trail », discipline qu’on pratique surtout chez Nath. Ha, vous ai pas dit ? Peps est maman et… on bosse en famille.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

D’autres leçons suivront ! C’est que je deviens accro moi, à cette équitation exigente faite d’un mélange de précision et de liberté, de règles et de fun. Vite vite la suite!

Voici, pour terminer, quelques commandements du bon cavalier que j’ai retrouvé dans ces leçons :

  • Ton cheval tu respecteras
  • Sa bouche tranquille tu laisseras
  • Son corps tu ne forceras pas
  • A sa tête tu t’adresseras
  • En finesse tu communiqueras
  • Dans le confort vous travaillerez, lui et toi
  • L’inconfort au minimum tu utiliseras
  • A la précision tu t’emploieras

Et vous, qu’est-ce que ça vous évoque le « western riding » ?

A bientôt!

Horses Hints

 

2 réflexions sur “A piece of … western riding

  1. Waouh, ça donne envie de s’y essayer au moins pour une leçon ! J’avoue, je n’ai jamais pris le moindre cours de cette équitation. J’ai juste essayé une selle western cet été (l’occasion se présentait et comme j’adore les nouvelles sensations…) pour marcher, trotter et galoper… Très bizarre ! Pas désagréable mais dépaysant, j’avais l’impression d’être une totale débutante. xD Par contre ça m’a donné l’occasion de redécouvrir une jument (une petite mérens) qui n’avançait pas du tout en équitation classique… Et là pas, kiss et on y va gaiement au galop. Vraiment, j’aimerais remettre ça dans un cours structuré. ♥

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ta visite Hegozaldi et pour ton enthousiasme 🙂
      A « vrai vrai » dire ce n’était pas tout à fait ma première expérience western mais bien le premier vrai cours. Effectivement, comme d’hab quand on essaie de nouveux trucs on a l’impression de « plus savoir » mais en fait, on assimile assez vite les différences.et les qualités comme la main légère et l’assiette excellente se transposent facilement (une fois qu’on s’assied »le cul dans la brouette » mdr. J’avoue que la partie galop au kiss me plaît particulièrement aussi! Et oui, quand c’est bien fait, les chevaux gardent leur envie d’avancer car on veille à la gérer et non à l’effacer 🙂 Même les tout débutants apprennent à monter léger en bouche et ça, ça fait plaisir!
      Si mon article t’a donné envie, j’ai atteint mon objectif ❤ Il y a plus qu'à t'y mettre 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s