Débourrage I : les grands classiques

Chers Lecteurs,

J’espère que vous avez un mode dresseur de fauves disponible puisque aujourd’hui nous parlerons de cet épisode crucial dans la vie d’un cheval : le débourrage.

Pour les chev-allants tout neufs, je résume l’idée principale : le débourrage consiste à donner au cheval les premières clés de son futur travail avec l’homme. A partir d’une définition comme celle-ci on imagine le flou le brouillard qui recouvre cette notion. Nous allons tenter de l’approfondir intelligemment.

D’abord, tous les chevaux n’auront pas à travailler de la même manière, avec les mêmes buts et les mêmes contraintes. Mettre une selle sur le dos d’un cheval destiné au débardage n’est donc pas une priorité absolue (bien qu’un cheval polyvalent est toujours appréciable) parcontre l’habituer aux codes vocaux et aux longues rênes oui.

Ensuite, si l’on considère le débourrage du cheval de loisirs, on observe certains faits curieux. ATTENTION ATTENTION ATTENTION il existe de par le monde une bonne quantité de personnes – pros et/ou amateurs – qui connaissent parfaitement les enjeux de cette étape et sont soucieuses du cheval autant que des futurs cavaliers. A vous j’adresse un grand merci pour ces milliers d’heures de boulot bien fait, dans le respect, avec le souci de construire des bases solides pour le futur de vos animaux ou de ceux que l’on vous confie. Pour mieux comprendre la valeur de ce travail, et parce qu’il est parfois commode de définir un concept en l’opposant à son inverse (sic!) arrêtons-nous un moment sur quelques formes plus ou moins étranges de débourrage.

20130401_152920_HDR.jpg

Parce que l’extérieur commence en main … et que la tenue warrior complète et pleine de boue c’est trop la classe :p 

Le débourrage approximatif

Traduire par : cheval sur lequel on peut se hisser si l’on est assez leste et que l’on peut très vaguement diriger si l’on montre assez de conviction. Une forme de pseudo-débourrage assez répandue.

Le débourrage aux haltères

Traduire par : cheval qui a appris à s’appuyer sur le mors et paraît convaincu qu’il ne pourrait pas se déplacer sans l’aide de cette cinquième jambe. C’est parfois le cas des chevaux de course.

Le débourrage par abandon

Traduction : cheval que l’on peut monter à la seule condition de ne rien lui demander sous peine de défenses diverses et variées. Un cas malheureusement très répandu parmi les chevaux dits de loisirs. Plus malheureusement encore : ces comportements sont bien trop souvent excusés et donc implicitement encouragés pour le cheval.

Le débourrage par automatisation

Celui-ci, je l’affectionne particulièrement car il peut recouvrir pas mal de méthodes, avec la particularité qu’il ne laisse au cheval aucune possibilité d’expression, de curiosité ni d’exercice de son intelligence propre. Il a l’avantage d’exiger du cheval qu’il s’en remette entièrement à l’humain pour le meilleur… comme pour le pire. « Ben quoi? Je devais lever  le pied plus haut pour éviter la grosse pierre qui traînait là ? Fallait me le dire! « 

Le débourrage tape-cul

Allusion pas fine de ma part à ces clubs qui débourrent simplement leurs chevaux en les mettant sous la selle de leurs cavaliers moyens et advienne que pourra. Moyens oui. Pas le G7 cavalier de complet désireux de se former plus finement. Vous m’avez comprise je pense. J’espère que je verrai un jour la dispartion de cette pratique. L’espoir fait vivre…

Le débourrage aux betteraves

Un grand classique chez les ibères (encore une fois, pas tous, n’est-ce pas? Il y a des élevages renommés dans la péninsule du même nom! Est-ce bien utile de le préciser ? ). Traduire par : à la longe, le cheval court comme un dératé avec un caveçon traditionnel pas sympa du tout pour son nez fragile. Monté, il est toujours aussi chaud…  et sa tête est disponible pour une seule chose : fuir, fuir et encore fuir. Je le dis « aux betteraves » car dans ce cas le cheval peut en arriver à littéralement creuser des sillons dans la piste.

Vous trouverez sûrement d’autres catégories mais ce sont celles qui me viennent à l’esprit parce que je les ai plusieurs fois rencontrée et « testées » . Bon, parmi mes lecteurs les plus assidus, je sais qu’il y a des propriétaires de jeunes (et moins jeunes) chevaux qui ne tarderont pas à me dire que je zappe une notion de base dans mon beau discours : l’homme à pied avec le cheval. Et vous avez mille fois raison. Ceci entre dans la définition du débourrage correct que je vous propose ce soir.

Débourrage : tentative de définition pour un cheval de loisirs

En toute logique, un cheval débourré doit pouvoir se comporter poliment avec l’homme. Marcher à la distance voulue en longe, savoir rester attaché calmement, entrer et sortir d’un van l’air de rien. Il devrait connaître l’étape du montoir à partir d’un montoir artificiel ou naturel. Il devrait également supporter bien sûr la selle aux trois allures à la longe et savoir changer de main avec les indications appropriées. Enfin, il devrait pouvoir, étant monté, marcher, trotter, galoper, s’arrêter, tourner à gauche ou à droite à volonté et dans le calme, encore une fois. C’est-à-dire que son éleveur (ou son éducateur) lui aurait appris les notions de base essentielles à ses activités futures. Si l’animal répond à quelques ordres vocaux c’est encore mieux. Il devrait également être acclimaté au port d’une embouchure simple.

Il n’est pas question ici de produire un cheval prêt pour la compétition, quelle que soit la discipline, mais un cheval avec quelques options de sécurité qu’un cavalier habile et instruit pourra initier à bien des activités. Entre un cheval juste débourré et un cheval professeur la marge est quasi-infinie et ce sont les cavaliers et les professeurs qui feront la différence.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

La prochaine fois nous tenterons de donner quelques pistes de réflexion aux propriétaires/cavaliers de chevaux visiblement passés par l’une ou l’autre forme de débourrage bizarre.

A bientôt,

Horses Hints

 

2 réflexions sur “Débourrage I : les grands classiques

  1. Pingback: Débourrage II : descendons de nos grands chevaux… | Horses Hints

  2. Pingback: Débourrage III : … et Bambi marcha ! | Horses Hints

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s