« Le cheval de concours complet »- Arnaud Boiteau – 2016

Horses Hints insiste régulièrement sur l’intérêt du saut d’obstacles pour l’entraînement des chevaux destinés au dressage. Quoi de mieux pour saisir cette notion dans sa plus belle intention que l’expérience d’un cavalier de complet, écuyer du Cadre Noir et champion olympique de surcroît ?  -> Bon, d’accord, j’avoue : en fait, Expo du Moulin m’a vendu du rêve dès ses débuts… 

Il est bien sûr question de concours complet : du choix du cheval idéal aux compétitions de haut niveau. Pourtant, l’ouvrage regorge de précieux conseils pour tous les cavaliers et constitue, pour moi, une bonne base de réflexion pour tous ceux qui souhaitent obtenir un cheval un tant soit peu polyvalent et harmonieusement développé.

Question dressage, mon oeil a malheureusement tiqué à plusieurs reprises : comprimer le cheval entre la main et la jambe, par exemple. Dit comme cela, je suis renvoyée au tristement célèbre tire-pousse. Pourtant… j’ose espérer qu’il ne s’agit pas de cela!  Et que dire du premier paragraphe consacré au travail en longe conseillant directement d’enrêner le cheval ?  L’auteur n’est pas manchot et, en sa qualité d’écuyer, sait très certainement se servir de ce genre d’artifices mais que dire du potentiel lecteur?  Le conseil classique de s’en passer si l’on ne sait pas s’en servir se dresse juste en-dessous mais…Bref, la partie dressage m’a parue moyennement traitée et manquant de nuances.

Un peu dommage car, du reste, le livre est bien construit et suit la progression du cheval de sa sortie d’élevage à son perfectionnement dans un ordre qui m’a paru très logique. Comment éduquer le cheval en extérieur, dans quel ordre lui présenter les différents profils d’obstacles, comment aborder les profils délicats (eau et trous pour le jeune cheval, strings et triple bruch pour les autres… ), comment apprendre au cheval à caler ses foulées, comment bien choisir et gérer les options pour le jumping…

Chaque profil est détaillé de façon à apporter au cavalier toutes les informations utiles : direction, amplitude, vitesse, position, équilibre, réception, avantages et inconvénients, travail préalable à la présentation de certains profils, comment travailler le cross en version mobile et en carrière,… Pour le jumping, divers types d’exercices sont proposés tant pour mécaniser le cheval que pour aiguiser les réflexes et l’attention du cavalier.

A. B. propose également un calendrier d’entraînement et la physiologie du cheval est abordée de manière synthétique mais donne certaines bases indispensables pour qui sollicite un peu sportivement sa monture (entraînement en aérobie/anaérobie notamment). Il donne aussi quelques conseils de contrôle de la condition physique des chevaux et… pousse le lecteur à ajouter un entraînement sportif autre que l’équitation à son planning hebdomadaire!

Pourquoi un cavalier de dressage devrait-il lire cet ouvrage ? 

Tout simplement parceque tous les exercices et efforts demandés au cheval comprennent des indications quant aux intérêts physiques qu’ils présentent. Tantôt sont indiquées les chaînes musculaires impliquées, tantôt ce sont les avantages pour le système cardio-vasculaire et respiratoire et à d’autres moments ce sont les risques pour les tendons et articulations qui sont exprimés. Aussi parce  que l’entraînement du cheval de complet vise à obtenir un cheval à la fois vif, sautant, rapide, endurant, souple, agréable, collaborant et confiant tant au manège que sur les pistes. Alors, même si le cross vous file mal au ventre et vous renvoie l’image d’une discipline dangereuse… s’inspirer des enseignements de monsieur Boiteau serait faire un énorme cadeau à votre cheval tout en gardant à l’esprit que les musculatures espérées pour un complétiste et un dresseur ne sont pas tout à fait identiques. Du reste, les conseils de présentation pour l’épreuve de dressage m’ont parus excellents. SOURIEZ , vous êtes jugés! 

A méditer :

« A partir de 5 ans, il convient de le (le cheval) confronter à nouveau à ce type de difficulté (terre,trou et eau) en changeant si possible de contexte, c’est-à-dire de lieu d’entraînement. C’est le meilleur  moyen de vérifier qu’ils restent familiers, y compris en terre inconnue. Le cheval doit montrer sa capacité à faire abstraction du lieu et à accepter en toutes circonstances de rentrer dans l’eau ou de franchir un fossé à l’apparence différente du premier auquel il a été confronté. C’est la preuve qu’il ne s’est pas laissé robotiser à force de répétition comme peuvent le faire des poulains vierges de toute expérience, capables d’accepter tout et n’importe quoi sans avoir pour autant pleinement assimilé la chose. La sérénité va de pair avec la lucidité.  » A. Boiteau, « Le cheval de concours complet », Belin, 2016, p. 148

Retour à la Bibliothèque

2 réflexions sur “« Le cheval de concours complet »- Arnaud Boiteau – 2016

    • Merci pour ton passage et ton commentaire. Oui, les enrênements sont et resteront, je crois, une question délicate. En fait, je crois qu’il (A;B.) reste très proche de son propre quotidien de cavalier pro et d’écuyer;.. ce qui est souvent à des années-lumières de cavaliers comme moi. d’où quelques adaptations mentales à réaliser en cours de lecture suivant son propre profil de lecteur/cavalier.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s