L’enseignant d’équitation : un budget superflu ?

Chers Lecteurs,

Il se trouve que je traîne pas mal sur les réseaux sociaux, webzines, blogs et autres forums ces dernières semaines; hiver, froid et manque de lumière renvoyant à la cave toute velléité d’expérience extérieure. « Et ça se dit cavalière! »…  Riez, riez, je suis bien punie lorsque je remets le pied à l’étrier… haaaa les psoas et les abdos!

L’expérience m’a appris que certains groupes dédiés au monde équestre augmentent dangereusement la tension artérielle, provoquent des crises de schizophrénie paranoïde, voire… incitent à la haine de son prochain. Que du beau en somme!  Pourtant, par une sorte de magie, l’information ou, dans le cas qui m’occupe, la désinformation tombe toujours sous mes yeux consternés. Curiosité morbide ? Non. Soyons justes : dans ces lieux de perdition chronophages que sont les pages web, paraissent aussi régulièrement des questions très intéressantes et des réponses pertinentes! J’adore lire des questions que je ne me suis jamais posées, continuez! 🙂

Pour autant, un phénomène récurrent se déploie sur la toile et ce depuis un paquet d’années déjà: le « no teacher ». Souvent le fait de cavaliers sortis du système club qui pensent pouvoir se passer d’enseignant ou qui préfèrent zapper le budget cours in real life pour se lancer dans l’apprentissage virtuel et autodidacte, moins cher et plus varié à leurs yeux. Quand ce ne sont pas des tentatives de profiter du savoir d’un professeur renommé gratuitement et par messagerie interposée. Tout le monde sait que l’équitation s’apprend dans les livres n’est-ce pas ?

Image result for retour vers le futur doc

Nom de Zeus! Réveillez-vous! Demander des titres d’ouvrages de référence pour construire votre réflexion et/ou vous aider dans l’apprentissage d’une nouvelle discipline: OUI! Penser que lire Oliveira, Karl ou Baucher vous permettra de démarrer votre cheval tout vert aux longues rênes, tout seul, de vos petites mimines superbes mais inexpérimentées…. NON ! Par pitié!

Appeler un professeur renommé et un peu lourd pour vos finances une fois par mois en lui exposant les faits et lui demander, après une séance, de vous dresser un planning de travail : OUI! (En tous cas,  on en rencontre tout à fait ouverts à ce système). Envoyer un « MP » à ce même professeur, vidéo comprise, pour lui demander son avis sur vos changements de pied au temps : NON !

Demander des noms de comportementalistes/éthologues/éducateurs dans votre région sur un réseau social : OUI, pourquoi pas? Exposer vos soucis avec force détails en espérant obtenir une solution.. NON ! Sorry…  Râler, de surcroît, quand un internaute vous rappelle gentiment que (dans certains cas) le mieux serait d’appeler un pro… NON, NON, NON et NON !

Et si j’insiste sur l’importance du professeur c’est avant tout dans votre intérêt et celui de vos chevaux ! Je m’en vais illustrer ceci avec l’exemple du travail aux longues rênes qui revient à la mode, si l’on peut dire, pour le plus grand bonheur des dieux du Chaos.

Les longues rênes en freestyle

– Aujourd’hui, c’est décidé, je mets Pompon aux longues rênes !

-Ha ? C’est cool ça! C’est qui ton prof ? Je sais pas faire mais j’aimerais bien apprendre.

-Ha ha! T’as pas besoin de prof! Ils en parlent dans le « DadaMag » d’octobre. Deux vidéos Youtube pour voir et c’est parti. T’inquiète, tout le monde le fait. Ha, tu crois ? Et tu as déjà travaillé à pied avec lui ?

-Nan, pas besoin, il est super sympa Pompon et il comprend tout très vite.

-… Bon travail!


1- Ignorant (presque) tout du travail aux longues rênes, la propriétaire de Pompon s’y prendra très probablement de travers. Le plus évident ? Monsieur Karl semble manier l’instrument en légèreté et donne une impression de facilité. Madame Pompon, elle, comprendra vite que l’engin a tendance à jouer au noeud de spaghettis trop cuits : ça s’emmêle, ça glisse trop ou pas assez, c’est trop long, trop court, trop lâche, trop tendu..; bref, jamais comme il faut. En plus, avec la badine dans une main, je vous dis pas la patte d’ours qu’il faut :p

2- Madame Pompon, sans guide, pense qu’il suffit d’installer les ficelles, de se placer derrière le cheval et vogue la galère. Bizarre, Pompon ne comprend rien. Vraiment têtue c’te bête! Allez avance! Et que j’agite les rênes en tous sens autour des flancs de la dite bête. Et à propos d’installation : à quels anneaux du surfaix les passe-t-on  ces maudits cordages ? Ha, il faut un surfaix ?

3- Madame Pompon, nous l’avons vu, ne travaille d’ordinaire pas au sol. Elle ne sait donc pas comment se placer par rapport au cheval…Entre incidents grotesques et accidents graves, il n’y a qu’une foulée que Pompon risque de franchir rapidement et malgré lui.

4- Madame Pompon, en admettant qu’elle parvienne à se faire comprendre de son cheval, fera également face à un problème majeur : quelles sont les bonnes sensations ? « Ben, comme à cheval, quoi! » … Oui… Sauf qu’avec plusieurs mètres de corde, ça rend pas tout à fait pareil et surtout… ça demande un doigté du diable pour en faire ni trop ni trop peu et épargner la bouche de poney d’amour.

5- Que ce soit en version dressage, attelage ou obstacle, l’avantage majeur des longues rênes c’est de permettre aux deux pattes de voir les mouvements du cheval dans leur (presque) ensemble et donc, d’apprécier plus finement le travail effectué. Sauf que, là encore, il s’agit d’avoir l’oeil formé! Et ça ne s’apprend que sur le terrain et même sur LES TERRAINS avec DES gens de chevaux ou en vidéo … avec l’aide des experts cités plus haut.. (mais alors, de qualité les vidéos).

6- Laissez courir votre imagination et votre bon sens et vous comprendrez bien vite que Madame Pompon a posé un très mauvais choix en voulant se passer d’enseignant et surtout en improvisant de guingois une technique qui, pourtant, a fait ses preuves et apporte au cavalier avide de légèreté un outil de formation supplémentaire tant pour lui que pour son cheval.

Bon. J’ai été plus ou moins gentille avec Madame Pompon et j’ai forcé le trait pour un meilleur impact 😉 J’ai aussi zappé quelques points cruciaux comme les étapes de la mise aux longues rênes dans les règles de l’art… mais mon intention ici n’était pas de vous apprendre comment faire, elle était de vous montrer à quel point il est hasardeux, ridicule et dangereux de vouloir se passer de guide lorsqu’on aborde de nouveaux types d’activités, surtout quand ces activités impliquent un être vivant sensible et bien plus fort que vous. Ho, et… si Madame Pompon ne redresse pas très vite la barre… son navire risque de couler. « Pourtant, j’ai tout fait comme dans les livres! »


Article en provenance directe de mon amour des chevaux, de l’admiration et de l’immense respect que je voue aux hommes et femmes de chevaux qui, chaque jour, inlassablement, conseillent, corrigent, guident et portent leurs élèves à deux et quatre jambes vers une meilleure relation, une meilleure communication, un plus bel équilibre et les mènent finalement à l’harmonie. Ce sentiment tant recherché par les hommes et que l’on symbolise couramment par l’image du Centaure.

Merci de m’avoir lue et à bientôt

Horses HInts

 

5 réflexions sur “L’enseignant d’équitation : un budget superflu ?

  1. Aaaaaaaaaaaaalalala qu’est ce que ça m’énerve tout cela. Entre ça & ceux qui préférent demander sur fb plutôt que d’appeler leur véto ..
    Je reçois des tonnes de messages, sauf que tout bêtement, sans savoir la morphologie du cheval, l’exercice que je peux proposer peut le flinguer.. Ou des fois « je vais voir ce cheval tu peux me donner ton avis ? » Ben écoute .. non. D’une c’est un service qui se paie, de deux, je vais pas te dire d’acheter un cheval que je n’ai pas vu de mes propres yeux ..

    Bref, si certains se débrouillent bien en autodidacte, ce n’est pas le cas des 3/4 des cavaliers..

    Aimé par 1 personne

    • Hey! Merci pour ton passage ici. Tu m’étonnes que ç’est énervant… J’ai l’impression bien malheureuse que ce phénomène est en expansion et que finalement, comme pour beaucoup d’activités, seuls ceux qui se sont formés avec un pro. et/ou sont pros réalisent les dégâts que ce genre de philosophie amènent. Valorisons les enseignants! 🙂 Sans pour autant rester claquemuré au manège sous surveillance constante mais bon… il y a un minimum 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. & alors le gros bordel en prime : suivre des cours dans la réalité, avec un moniteur, mais faire part de ses « comptes rendus » de séances, sur internet/ forum/ facebook : rien de pire pour se faire dire par certaines personnes que le moniteur que l’on a n’a pas l’air « si bien que ça », rien de mieux aussi pour entendre des « moi, à sa place, j’aurais pas fais comme ça… » et vlan… En quelques messages, on se retrouve à douter du coach qu’on a dans « la vrai vie » et on ne sais plus qui croire… La personne derrière l’écran qui semble avoir une bonne expérience, ou celle qu’on a en face de nous, qui a une bonne expérience… Mais après tout, on ne sais plus?

    Je le dis car j’en suis arrivée à douter des gens que je voyais dans la vrai vie, juste à cause de réponses à mes « comptes rendus », sur des forums… Et à un moment, il faut un peu se recentrer, se mettre « une claque » et dire stop car sinon on se fait bouffer par internet et les centaines d’avis qu’on peut avoir…

    Aimé par 1 personne

    • Hi! Voilà un commentaire judicieux. Tu vois, je n’avais pas pensé à cet aspect du phénomène. Merci! 😉 Face à ce genre de labyrinthe, je reste très critique et, sans nier la logique ou l’expérience des autres internautes, je donne généraleent priorité au prof qui me connaît et qui a VU mon cheval fonctionner AVEC moi, en vrai. Par contre, les réflexions d’autres cavaliers, même si je n’y adhère pas directement, me font parfois réfléchir plus loin que le bout de mes sabots… Mais il vaut mieux rester critique. Un internaute aussi expérimenté soit-il, s’il n’a pas rencontré un couple, peut difficilement l’aider. ça reste bien sûr encore une opinion personnelle.

      Aimé par 1 personne

      • Oui, c’est sûr 🙂 Il faut savoir faire la part des choses! Moi de mon côté, je privilégie maintenant plus le contact face à face, car comme tu dis : on voit fonctionner le couple et on a tous les éléments qui entre en compte. Mais ce recul, je ne l’ai pas eu à un moment, et c’est dommage :p

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s