E comme Envies

Mise en garde : cet article s’adresse à des cavaliers expérimentés et possédant déjà une certaine culture équestre. Il est évident que je ne conseille pas aux débutants de laisser divaguer leurs chevaux à leur guise!


Chers Lecteurs,

Avez-vous déjà vécu ce moment, frustrant en diable, où votre cheval se carapate au fond de son pré à votre approche, d’un pas décidé et aussi majestueux que vexant ? Vous aviez prévu une séance parfaite comprenant pansage, dressage et paillettes avec, en prime exclusive, une série d’appuyers sur la diagonale … et au galop s’il vous plaît ! Ou bien, vous aviez décidé d’enchaîner un parcours ou d’automatiser vos roll back(s) ? Pour le coup, il vous en a servi un magnifique (de roll back! ).

A ce moment-là, vous avez peut-être insisté et fini par attraper le récalcitrant en version « Qui c’est qui commande ! » ou bien vous l’avez amadoué en version  » Viens voir mamy mon Chouchoudamour, il y a du miel pour le goûter!  » Bref, vous avez usé de vos stratégies habituelles pour finalement conduire Pégase au travail. Parce que oui, la plupart du temps, à force de carottes / poursuite structurée / grains / retour au box groupé… Pégase vous rejoint. Z’en faites pas, je connais... Hum! 

Mais s’il fuit à l’idée de passer du temps avec nous, c’est bien que quelque chose de lourd est associé à cette perspective: ennui, douleur, conflit,… Le cheval ne trouve pas son confort dans notre proposition de nous rejoindre… et nous le fait savoir. C’est ça l’avantage du cheval : la faculté d’envoyer promener clairement quoi/quiconque lui déplaît sans culpabilité ni regret. Hé oui, son cortex préfrontal** est peu développé, contrairement à celui de l’homme.

  • Oui mais j’en ai rien à faire de ses envies, c’est moi le patron !
  • Oui mais je l’entretiens … alors il peut bien bosser un peu!
  • Oui mais j’ai un concours dimanche donc il faut le rôder !
  • Oui mais j’ai pas le temps !
  • Oui mais faut le muscler, et muscler c’est en longe!
  • Oui mais c’est un cheval de dressaaach’  … alors le cirque, hein !
  • Oui mais c’est moi qui doit être le leader, pas l’inverse !
  • etc…

Une notion communément admise – mais par pour autant une vérité absolue – est que de l’homme ou du cheval c’est l’homme qui doit mener le jeu. Ne serait-ce que pour des raisons de sécurité, je penche plutôt de ce côté des opinions surtout en ce qui nous concerne, nous cavaliers de loisir qui détectons généralement trop tard les signes précurseurs d’un conflit que nous perdons ensuite avec une naïveté quasi-fantastique.

Pour autant, mener le jeu ne signifie pas soumettre le cheval à nos moindres désirs sans tenir compte d’autre chose que de notre égo surdimensionné d’humains désoeuvrés. J’entends souvent des « ho » et des « ha » de surprise voire de désapprobation lorsque je demande à ma monture qui agite les oreilles  « Pégase, tu veux y aller?  » « Allez alors,  vas-y !  » avec un sourire dans la voix quand Pégase, oreilles à nouveau calmes, m’emmène au grand galop en plein bac à sable.

Oui, rappelez-vous: cette attitude ne cadre pas avec le fameux « leadership » largement plébiscité par une certaine approche (quoi que…) et encore moins avec la vision militaire de l’équitation qui nous répète inlassablement d’obliger le cheval à faire le contraire de ce qu’il propose. Veut-il marcher que nous le poussons. Veut-il galoper? Alors, tenons-le serré! Je vous le demande, Chers Lecteurs, QU’EST-CE QUE CECI ? Pour moi, pas de l’art, pas de l’amour et pas non plus de l’équitation. A peine puis-je qualifier cela de tentative de domination très mal placée de l’homme par rapport à l’animal. De même pour les motifs pécuniaires, temporels ou autres directement liés à l’égoïsme, au manque d’imagination, d’empathie et de considération pour cet animal qui a « la gentillesse de nous porter*  » et la noblesse de le faire sans s’économiser.

Attention, il ne s’agit pas de laisser le cheval commander, ni de ne faire que ce qu’il veut quand il le veut. Si un soin doit être donné, on y coupe pas. Si un certain type d’exercice a été prescrit par le vétérinaire, l’ostéopathe, le dentiste, le maréchal ou votre marabout préféré, il faut maintenir le cap. De plus, les questions de sécurité et d’éducation – qui vont souvent de pair – ne se discutent pas. Avant toute chose, votre partenaire doit être… votre partenaire : en confiance, calme (selon son tempérament) et avoir reçu un minimum d’éducation. Idem pour vous d’ailleurs : apprenez à donner votre confiance, à lire votre cheval en toutes situations et à rester calme et ferme. Ce qui représente déjà un petit bout de chemin dans une vie cavalière car le travail de l’attitude est très personnel, intime et demande un haut degré d’engagement sauf si vous avez la chance d’être naturellement doué et d’avoir le caractère idéal.

Mais alors, que veux-tu dire ? Je vous invite à simplement considérer les demandes/envies que vous percevez chez votre cheval pour ensuite décider de lui « faire plaisir » ou non. On trouve dans de nombreux ouvrages équestres le mot « dialogue ». Pour moi, le dialogue est un échange, une conversation et ce… pas seulement entre les doigts de l’homme et la bouche du cheval! Entendons-nous bien : si vous commencez un exercice adapté au niveau de votre couple, vous devez le terminer. Par contre, rien ne vous empêche de modifier votre programme!

Exemple 1 : vous aviez prévu une séance bac à sable gymnastique mais au pansage Pégase fixe avec insistance la sortie de l’écurie. Pourquoi ne pas l’emmener en promenade ? Promenade qui vous offre de nombreuses possibilités : gymnastique, trotting, travail de fond grâce aux dénivelés ou simple aération psychologique du couple et ce en selle ou à pied. Pourquoi s’en priver ?

Hidalgo balade 2014

La promenade qui fait du bien -Hidalgo mai 2014

Exemple 2 : vous décidez de « jouer » avec votre cheval. Jouer entre guillemets car le plus souvent, il s’agit plus d’un travail que d’un jeu pour l’animal. Les 5 premières minutes tout va bien. Ensuite, Pégase revient vers vous d’un air ennuyé. Pourquoi insister ? Si un jeu se transforme en obligation… ce n’est plus un jeu. Et votre cheval ne s’y trompera pas.

Bien sûr, il ne s’agit pas d’abandonner tout travail ni de cesser un exercice dès qu’il demande un effort plus important ou qu’il sollicite fortement la concentration de l’animal. Il s’agit surtout de savoir doser ses demandes, son programme et adapter ses activités au caractère et aux possibilités du cheval. Il s’agit d’être capable de lui offrir de temps à autre une activité qu’il apprécie et de lui montrer ainsi que l’humain qui vient l’arracher à l’herbe sucrée du printemps peut aussi être source de confort et d’intérêt et pas seulement grâce aux carottes et autres friandises. (Oui, je considère le cheval comme un être intelligent, parti-pris que vous me pardonnerez je pense.)

Personnellement, je me sers de l’attitude du cheval que je vais chercher dans son Eden vert pour évaluer son « appréciation » de la séance de la veille. Généralement, si je l’ai trop poussé, si je me suis montrée injuste, si je l’ai forcé à me donner un exercice trop difficile, à plus forte raison si je lui ai causé une douleur! (oui, ça arrive malheureusement) … je suis sanctionnée par ce fameux appel du fond du pré. Je ne peux pas lui en vouloir, bien au contraire, sa fuite me force à analyser, à comprendre et à modifier mon approche. Si la séance a été mouvementée et qu’une « remise en place » a été nécessaire MAIS qu’elle était JUSTE, à TEMPS et justement DOSEE, Pégase viendra vers moi le lendemain. Et bien sûr, si tout va bien, l’accueil sera également sympathique.

Alors, la prochaine fois qu’ Amor Amor vous tourne le dos, ne râlez pas, réfléchissez !

A bientôt Chers Lecteurs,

Horses Hints

NB : pour certains chevaux, la fuite au fond du pré est une habitude… et ne peut donc plus servir d’indice au sens de cet article.

  • * : référence assumée au Maître de « Danse avec Lui »
  • ** : le cortex préfrontal, très développé chez l’homme, nous permet de raisonner, de prévoir, de construire des plans, de contrôler notre humeur, de prendre des décisions, d’avoir des intentions et de contrôler nos conflits ou nos erreurs… entre autres et en résumé de résumé.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s