Etre élève cavalier : ouverture et confiance

Cher Lecteur,

Aujourd’hui, je souhaite partager avec toi – et le reste du monde – certains faits et certains sentiments personnels. Ce blog n’est pas un journal intime et pourtant : si nous cavaliers, apprenions à nous livrer comme nous exigeons de nos chevaux qu’ils se livrent peut-être verrions-nous certains changements dans notre tout petit monde.

Comme tu le sais, être cavalier, c’est bien souvent être élève : d’un enseignant généralement, d’un ou de plusieurs chevaux souvent, de la vie toujours. Il y a plusieurs mois de cela, je partageais une certaine vision de l’enseignement. Aujourd’hui, je te parle de mon vécu récent d’élève et de ce que cela fait émerger en moi.

Ainsi, après un premier test – désastreux – de club, j’ai trouvé un lieu d’apprentissage qui semble correspondre à mes objectifs à moyen terme ET respecter un minimum nos amis chevaux. Pourtant, ce qui a fixé réellement mon choix, ce fut la rencontre avec l’enseignant, que nous appellerons « Prof », et l’impression globale qui s’est dégagée de ma première leçon.

person s hand touch horse nose

Photo by Sophia Lurr on Pexels.com

L’ouverture : condition sine qua non de la rencontre

Si la qualité de l’accueil appartient pour une bonne part à l’enseignant et à l’ensemble des personnes qui gravitent autour de lui, l’élève a toutefois sa part de responsabilité dans cette première rencontre qui conditionnera la suite de leurs relations.

Ainsi, en tant qu’adulte et cavalière de longue date, j’ai en tête toute une approche du cheval qui me convient, quelques petites idées et de grands idéaux, quelques bases techniques et autres « contenus cérébraux et émotionnels » qu’il m’est difficile d’effacer pour tout reprendre à zéro. Si je le faisais, d’ailleurs, je ne me comporterais pas plus humainement qu’une carte mémoire et toute la richesse de mon parcours humain (comme tout parcours vivant, qu’on se le dise), serait perdue.

Pourtant, ce bagage peut être un sacré frein: l’habitude – même mauvaise – revient au galop, les théories ne s’appliquent pas « à tous à tout moment », les convictions auxquelles l’on s’accroche ne sont pas forcément adaptées à tout contexte… Plus que cela, cette « fabrication cavalière » antérieure à la rencontre, si elle comporte tout de même quelques bases utiles (un trot assis reste un trot assis, un dos reste un dos et un poney un poney, sic!), peut compromettre l’ouverture à l’autre. Et c’est là le premier écueil auquel j’ai fait face.

Hé oui, malgré ma volonté affirmée d’apprendre, mes objectifs clairs et l’engagement pris avec moi-même de m’adapter à une certaine équitation pour le bien de mon avenir, malgré tout cela!, chaque petit détail a présenté une occasion pour mon « moi » de commenter ce qu’il voyait, de comparer, de retourner à ce qu’il connaissait et appréciait. Retourner à la facilité donc. Il m’a fallu m’auto-raisonner fréquemment. Retour d’expérience: c’est épuisant et improductif! Concentration, souplesse, réceptivité... toutes impactées négativement par ces débats intérieurs. Alors que faire?

La confiance: un cadeau à faire et à se faire de toute urgence!

Rappelle-toi ami lecteur, tes jeunes années. Tu buvais les paroles de ton moniteur, appliquais consciencieusement ses conseils et remettais rarement en cause son discours ou son jugement. Et rapidement, tu t’es vu progresser dans l’équitation qui t’était proposée. Pourquoi?

En grande partie parce que tu faisais confiance à ce moniteur. Il était pour toi un modèle à suivre, un but à atteindre. Tu rêvais de « monter aussi bien que lui », d’en « savoir autant que lui » et chacun de ses mots, chacun de ses gestes constituait pour toi un enseignement.

Bien sûr, le hic de cette attitude, est son immense manque de sens critique. Celui-là, tu l’as développé en grandissant … et tu te trouves peut-être maintenant dans une position similaire à la mienne. Il est utile, le sens critique. Il te permet d’évaluer de nombreux paramètres d’une situation et de poser des choix relativement éclairés. Cependant, je vais te confier un secret: il faut savoir le débrancher au(x) bon(s) moment(s).

Dans mon cas, Prof’ est un professionnel du cheval, visiblement formé et compétent dans le domaine de ce que nous appellerons « l’équitation sportive », avec de l’expérience, de l’oeil, une certaine sensibilité à l’humain et de la jugeote. (Non, il ne sait pas que je tiens ce blog.) J’ai donc deux options: constamment comparer mon petit vécu/savoir/opinion/expérience/conviction… avec ce qu’il me demande et ce qu’il parait penser ou bien, m’en remettre à lui et tirer un maximum de son enseignement. Difficile sur une première séance- qui sert surtout, du côté enseignant comme du côté élève, à prendre la température – mais objectivement indispensable pour les suivantes. En effet, qui peut apprendre en opposition constante? Qui peut enseigner en étant mis en doute cinquante fois par séance ?

Conclusion

Nous demandons aux chevaux de nous faire confiance, de nous livrer leur corps et leur mental, de nous porter, de nous écouter, d’apprendre de nous… En clair : nous leur demandons de se rendre disponible à tout moment, sans résistance, et sans se poser de question. Cela par souci de sécurité et de performance quand bien même nous sommes incompétents à tenir le rôle que nous jouons. Que dire alors d’un élève cavalier incapable du même don de lui-même – qu’il exige pourtant de son cheval – envers un enseignant humain comme lui, courtois, expert en sa matière et sécurisant?

Je te le demande, Cher Lecteur…

A bientôt,

Horses Hints

 

 

2 réflexions sur “Etre élève cavalier : ouverture et confiance

    • Vous ici 😉
      De fait, l’équitation est une Ecole de la Vie plus qu’un sport ou un art… Ce qui fait que l’on peut en retirer de très nombreux enseignements valables en dehors des écuries et des bacs à sable 🙂 Merci pour ta lecture en tous cas.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s