Les temps sont durs pour les rêveurs ?

L’arbre qui...

Cher Lecteur,

Voilà cinq ans que j’ai créé le blog et qu’il vivote au gré de mes actions, de mes envies, de mes humeurs… Aujourd’hui, tu n’es peut-être plus là pour me lire (et c’est compréhensible!) ou bien, tu fais partie de ces fidèles de la première guerre, toujours prêts à jeter un petit oeil à mes divagations et si c’est le cas, tu as toute ma gratitude ! Et si tu es nouveau, alors, sois le bienvenu, tu arrives au meilleur moment !

Au long de ces années, j’ai franchi plusieurs étapes dans la vie: certaines que je m’étais fixées depuis longtemps, d’autres qu’il a fallu négocier. Certaines que j’ai partagées ici, d’autres que je garde bien au chaud et d’autres que tu découvriras peut-être au fil des pages du blog.

En ce joli mois de février paré de blanc j’ai la fierté de t’annoncer que mes rêves et projets – bizarres, irréalistes, flous, incompréhensibles, impossibles voire fous aux yeux de certains – ont pris de la vitesse! Et j’en profite pour m’adresser à toi, rêveur impénitent : entre toi et ton/tes rêves, il n’y a qu’un agenda! Peut-être aussi quelques rencontres… et beaucoup de travail! Parce que la chance c’est plein de paillettes mais ça ne tombe pas souvent.

Un rêve inaudible ?

En trente années de vie sur la planète Terre, j’ai eu bien des occasions de traverser espoirs et déceptions, admirations et désillusions, croyances et pragmatismes… Toutefois, il y a un grand rêve que j’ai nourri avec une constance remarquable et dont je n’ai pas manqué de parler – trop sans doute – à qui voulait bien m’écouter. Enfin, jusqu’à ce que je réalise que son caractère « très futur » me faisait passer au mieux pour une rêveuse fantastique et au pire…pour une sacrée mythomane.

Frustrant. Vexant. Pénible. Angoissant. Déprimant. Isolant. – Insérer ici toute nouvelle mention adéquate – Tout ça à la fois oui.

En vrai, un rêveur, ça vous saoûle vite une assemblée monastique: entre ses fantasmes et ses angoisses, il y a vraiment de quoi se perdre et in fine même ses réalisations tangibles on les lui balancerait bien dans le buffet, sous-tasses comprises. Histoire que ce Peter Pan attardé nous lâche les esgourdes. Même Clochette en a ras les ailettes… c’est dire!

L’ennui c’est que cette espèce semble s’épanouir dans l’adversité. Vous faites valoir vos arguments et chaque pelletée d’argile raisonnable est immédiatement dissoute dans un magma de volonté farouche. Vous avez essayé pourtant, oui, vraiment, vous avez tout tenté pour ramener le rêveur dans la réalité : origines communes, bourse vide, faiblesseS de caractère, incompétenceS, handicap, responsabilités, prévisions cataclysmiques façon Madame Irma… Vous avez tout essayé…ou alors vous l’avez simplement écrasé de votre mépris. La deuxième solution fonctionnant bien mieux pour la paix de vos oreilles…et celle de votre garde-manger.

Le rêveur, lui, aura tiré ses propres conclusions de vos silences outrés et de vos missions de « sape subtile et bienveillante »: sans doute à votre désavantage, au passage. Et dire que vous auriez pu partager vos espoirs et réussites respectifs. Dommage!

Un rêve impossible ?

Ceux qui m’ont côtoyée de près le savent : le développement personnel et sa mouvance entrepreneuriale pseudo-libertaire provoquent chez moi tous les signes d’une allergie sévère avec en bonus quelques poussées de colère…et pourtant.

Pourtant, si rêveuse que je sois, je porte mon rêve comme un CEO son département. Sauf que je suis à la fois la borne d’accueil, le chef de projet, la DRH, le service comptable… C’est à dire que je fais exactement ce que préconisent les gourous de la « réussite ». Je suis même allée jusqu’à croire en mes finalités …sans avoir aucune idée de la première action à entreprendre. « Rien n’est impossible ! » « Un éléphant, ça se mange une bouchée à la fois. » « Travaillez sur vous-même et le reste suivra. » Etc..Etc… Force est de constater que pris au bon moment ces fragments de sagesse à deux sous font leur petit effet et « rendent l’impossible possible »…dans la tête du rêveur.

Et dans sa tête uniquement. S’il a besoin de soutien – et ce fut, est et sera toujours mon cas – il lui faut rendre son rêve non pas, possible ( il l’est déjà, moyennant temps et stratégie) mais AUDIBLE selon son interlocuteur. Évidemment, contre la bêtise et la mauvaise foi nul ne peut rien.

Un projet est un rêve planifié

Lecteur, je te livre ici une réalité, une banalité même, qui a pourtant toute sa place dans ma vie. Que tes rêves soient remplis de chevaux comme les miens, ou de victoires olympiques, ou de création d’entreprise, ou d’une vie à ta propre mesure, le premier pas pour les atteindre est de les découper et de les planifier.

Bien sûr, il.y aura des imprévus : l’argent, l’amour, la maladie, le désamour … Mais à chaque étape de ta vie tu sauras pourquoi tu cours.

Alors… Action !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s