Morante

Morante, alias « Momosan » ou « Tonton » est arrivé dans ma vie par hasard. Je cherchais un compagnon de pré pour Calisto , qui soit: d’une gentillesse exemplaire, relativement calme, en santé correcte, adulte! et capable de remettre de temps à temps à l’endroit les idées du susdit poulain. Dans l’idéal, ce baby sitter devait également être montable en extérieur en sécurité. Bref, un cheval pratique à un tarif plus que raisonnable… la recherche classique du cavalier du dimanche et qui me fait moi-même souvent rire: la fameuse blague du crack gentil facile et gratuit. Hum.

Petit tour sur les annonces assez décourageantes, petit tour de mon réseau et bam! Quelqu’un, pas très loin, aurait « ce » que je cherche. Un grisou, de huit ans, gentil comme un coeur. Origines: inconnues. Cocktail de prairie espagnol, a priori, selon ses papiers. Parcours: inconnu. Dressage: la base, très bien. Pas trop grand. Pas trop bien fait mais ça passe. Tarif: pile-poil. Ni une ni deux, nous allons le voir. Et voici ce que nous vîmes:

Un petit cheval anxieux, au fond de son box, toujours en appui sur le même antérieur… Au toucher, il est hypertendu, et surveille chacun de mes gestes. Pas franchement le cheval avec qui on fait copain-copain. Et puis, surtout, un cheval potentiellement douloureux avec un passé trouble. Et puis… il est difficile à attraper en liberté… Autant de points qui devaient me faire fuir. Et pourtant…

Pourtant, je laisse les choses se faire et on me le présente monté. Il est effectivement très « gentil ». Soumis, même. Une appréhension au montoir mais rien de méchant. Et aux ordres. Visiblement, il a été effectivement dressé. Je teste moi-même gentiment les codes de bases ainsi qu’un petit tour en extérieur, voitures et motos comprises. Rien à dire. Content de sortir, le petit marche et m’écoute.

Comme je suis un coeur d’artichaud mais – pas complètement – cinglée, je demande un délai de réflexion. Et j’en profite, par acquis de conscience, pour aller voir un autre cheval du même type: ibérique croisé, plus grand, bon randonneur… Effectivement un fin, bon, beau et grand cheval. Essai plutôt concluant mais…le coeur n’y est pas. Le petit grisou trottait toujours dans ma tête. Je demande donc une visite vétérinaire pour Morante.

Visite effectuée par un spécialiste de la locomotion qui ne trouvera pas grand chose à reprocher au petit bonhomme. Il confirme l’usure précoce (tendons) mais confirme que des activités de loisir telles que je les lui présente ne seront pas un problème. Dans la foulée, je confirme donc l’achat. Morante vient agrandir la famille Horses Hints.

Il commencera par rejoindre Calisto, acquis quelques mois plus tôt, en pension pré chez son éleveuse:

Eleveuse qui, a son grand désarroi, me confirma la grande difficulté à attraper le grisou. Clairement, il dit « non ». Grâce à une persévérance – et à deux longues tentatives tout de même – le transfert vers notre paradis fut possible. Ouf.

Aujourd’hui, Morante ressemble plutôt à ça:

Aujourd’hui, il dit oui aux visites, oui au friandises, oui aux carottes, oui au seau de granulés…. oui aux singeries – sur commandes ou non – mais toujours non au licol depuis le pré. Cela ne nous empêche pas de prendre soin de lui et de découvrir petit à petit son caractère à la fois sage et malicieux. Il nous fait beaucoup rire, reste calme quand son jeune compagnon « part en cacahuètes », est toujours poli aux mains des professionels qui s’occupent de lui et … confirme sa gentillesse et sa patience.

« Le temps, prend son temps, et je t’attends depuis longtemps

Le temps, prend son temps,

Vois-tu le temps… a tout son temps »

Prenons le temps, M. Laforêt

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s