Hippothérapie : 3 – Et le cheval dans tout ça?

Chers Lecteurs,

Cette semaine, c’est en dernière minute que je vous livre mon article hebdomadaire. Il m’a été inspiré par un partage sur un réseau social bien connu. Il s’agit d’une vidéo où l’on découvre une installation d’hippothérapie destinée aux personnes souffrant de lourds polyhandicaps. Comme on est toujours mieux servi à la source, la voici.

Comme vous avez pu le voir, rien de plus simple: un tapis roulant pour faire marcher le cheval, installé sous des montants qui soutiennent un matelas où l’on couche le patient qui peut ainsi profiter des mouvements du cheval sans reposer directement sur son dos; chose impossible en effet quand on a aucune maîtrise de ses muscles. Comme l’image le laisse penser aussi, l’objectif « bonheur » du patient semble atteint. Physiquement, j’ignore encore si cette méthode présente un intérêt quelconque mais mentalement, cela semble bénéfique en effet, au moins pour un instant.

Partons côté cheval à présent. Oui, côté cheval parce que quand on parle d’hippothérapie on pense surtout aux bénéfices apportés par l’utilisation du cheval et un peu moins à son bien-être. J’avoue qu’au premier visionnage, ma réaction fut sans appel: STOP! Pourquoi? Parce que le cheval est littéralement forcé à marcher. Non, ce n’est sans doute pas pour longtemps mais voilà, forcé mécaniquement. Parce que l’installation ne présente vraiment aucun intérêt pour le cheval: en effet, tourner en rond dans un manège est déjà débilitant pour lui mais marcher sans avancer… je vous demande un peu… Et cela tout en supportant les cris (de joie certes mais cris tout de même) d’un être humain au-dessus de lui.

Comme me l’a fait remarquer la copine qui a partagé cette vidéo, la séance ne dure pas et le cheval a dû être préalablement désensibilisé à l’appareillage et habitué aux réactions de ses jeunes « passagers » donc je ne peux raisonnablement pas affirmer qu’on lui impose un stress à chaque passage. Devant ces arguments, je m’incline. Un peu seulement, vous me connaissez :p

Oui, un peu seulement car j’ignore si le cheval présenté est le seul à participer à ces séances; auquel cas je pourrai bien commencer à parler d’outil ou d’usage abusif de bonne volonté. J’ignore également si l’établissement qui a investi dans cette installation est soumis à une norme de rentabilité directe de la dite installation; auquel cas je pourrai m’inquiéter de la fréquence d’utilisation. J’ignore également le coût de cette installation pour le centre de soins. Bref, j’ignore un peu trop de choses pour vous présenter un avis tranché raisonné sur cette actualité.

Par contre, je peux vous présenter une alternative qui existe et fonctionne depuis dix ans déjà d’après ses propriétaires et qui me paraît bien plus acceptable, de prime abord, pour le cheval puisque pour lui, il s’agit de tirer un attelage en promenade avec son meneur habituel.

PORTAGE POLYHANDICAP ALTERNATIVE

Peut-être ici, peut-on émettre des réserves quant à la sécurité du passager? Bien que, comme pour l’installation plus haut, deux accompagnants supplémentaires sont nécessaires. (Un de chaque côté). N’oublions pas qu’il s’agit d’extérieur et qu’en extérieur, un cheval peut toujours prendre peur et là….

Ici non plus, je ne sais pas grand chose mais ces deux équipages m’ont donné à penser et à m’interroger et je m’emploierai dans les prochaines semaines à obtenir plus d’informations sur chacun d’eux. Qui parle courramment néerlandais parmi-vous? Soyez pas timides! J’ai besoin de vous! 🙂

HorsesHInts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s