Miroir, mon beau miroir!

« Miroir, mon beau miroir! Dis-moi qui est la plus belle du pays?  » Cette réplique très connue peut s’adapter à nos amis sabotés : « Cheval, mon beau cheval! Dis-moi qui je suis? » Si notre monture favorite ne peut nous répondre en français, elle utilise toutefois un langage assez clair pour qui souhaite réellement connaître la réponse. Encore faut-il être assez lucide pour accepter le(s) message(s) reçu(s) et être formé à les comprendre et en faire bon usage. Ce qui n’est pas à la portée de tout le monde, surtout quand il s’agit de soi-même et c’est bien naturel.

Pourtant, quand nous appelons les professionnels au secours c’est souvent parcequ’il est déjà trop tard. Notre comportement et nos attitudes ont tant joué en notre défaveur dans notre relation au cheval que nos rapports avec lui sont devenus, au choix: désagréables, conflictuels, dangereux, évitants, …  Tous qualificatifs désespérants pour les cavaliers amateurs, débutants ou non. En effet, qui aime monter un cheval qui refuse toute demande? Qui aime soigner un cheval qui botte, mord ou bouscule? Qui aime aller chercher au pré un cheval qui joue systématiquement à « attrape-moi si tu peux » ? Quel amateur, enfin, peut reprendre seul sa place de leader face à un animal devenu dominant?

Face aux innombrables cas de ce genre que l’on rencontre un peu partout, à des degrés divers, comment ne pas se poser la question d’un accompagnement professionnel de la relation cavalier-cheval, avant que les choses ne tournent mal?

Heu! Tu nous suggères un soutien « psy » préventif, là?

En quelque sorte! Tout d’abord, il s’agirait de savoir ce qui nous a poussés à choisir tel ou tel cheval. Est-il « comme » nous? Est-il « le contraire »  de nous? Est-il « ce que » nous voudrions être? Répondre à cette question demande une grande honnêteté intérieure mais nous dit déjà un peu qui nous sommes.

« J’ai acheté Cannelle parce qu’elle est petite et rassurante. J’aime quand elle pose sa tête contre moi et semble me donner de l’affection. » Mme X.

Cette affirmation nous dit, peut-être, que madame X possède un tempérament plutôt craintif ou anxieux et qu’elle porte en elle un certain besoin d’amour. Bien entendu, il est IMPOSSIBLE de définir une personne à partir d’une phrase comme celle-ci. Simplement, cela nous donne quelques indices sur la manière d’être de madame X et nous montre également quel(s) besoin(s) elle tente de combler grâce à Cannelle. C’est ici que l’honnêteté est primordiale: reconnaître quel(s) besoin(s) nous cherchons à combler avec notre cheval c’est découvrir quelle(s) fragilité(s) nous drevrions accepter/travailler et lesquelles pourraient poser problème dans notre relation humain/cheval. La bonne nouvelle? Le cheval est un thérapeute de génie par le simple fait que ses réactions sont immédiates. Hé oui, il vit dans le présent, LUI!

TO BE CONTINUED…